> [Soirée de rentrée - Bordeaux !] 23-10-19 + d'infos
> [Formation-Bordeaux] Nouvelle séance de la formation Civique et Citoyenne ! 24-10-19 + d'infos
> [Projection-débat à Bordeaux] Festival Alimenterre - Elles sèment le monde de demain 24-10-19 + d'infos
> [manifestation] Animations littéraires 02-11-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> [offre emploi] RAF au CRID + d'infos
> [Offre stage] Fondation Danielle Mitterrand + d'infos
> Recherche partenariat en Agriculture urbaine au Sénégal + d'infos
> La lutte contre le gaspillage alimentaire à besoin de vous ! + d'infos
> Contre-Sommet des Alternatives à la françafrique + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

[AITEC] Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible !

Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible !
Politiques publiques de transition démocratique et écologique : résistances et alternatives locales à la libéralisation

Le 17 juin 2019

Le rapport de l’AITEC, « Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible ! Politiques publiques de transition démocratique et écologique : résistances et alternatives locales à la libéralisation », se fonde sur des témoignages d’élu-e-s, d’agents territoriaux, et d’acteur-trice-s du monde associatif recueillis lors d’une étude de terrain en 2017. L’aspiration modeste de ce rapport est d’apporter un éclairage sur des politiques publiques locales alternatives, plus démocratiques, plus justes et plus durables, à rebours de la libéralisation des marchés, du tout-privé et d’une économie hors-sol. A quelques mois des élections municipales de 2020, il est plus que nécessaire de montrer que d’autres voies sont possibles !

Il dresse un paysage des blocages réglementaires que rencontrent les collectivités locales progressistes en France pour accélérer la transition démocratique et écologique, face à des politiques néolibérales de restrictions budgétaires et de libéralisation des échanges commerciaux et financiers jusque dans la sphère publique. Les grandes entreprises, souvent transnationales et fortes de moyens techniques et financiers importants, deviennent les partenaires idéaux des pouvoirs publics, mais participent de l’assèchement des systèmes de solidarités publics et de l’asphyxie de l’économie de proximité. Ces politiques néolibérales étouffent les possibilités de développer les politiques nécessaires pour répondre aux défis sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face localement et globalement.

Pour autant, ces contraintes n’éliment pas la motivation de certaines collectivités à faire émerger tout un panel de solutions pour contre-carrer les ambitions de lucrativité et d’accaparement portées par les tenants de la doxa néolibérale : remunicipaliser les services publics, investir dans des sociétés coopératives d’intérêt général (SCIC), faciliter l’accès au foncier et aux équipements publics pour les acteur-trice-s de l’économie sociale et solidaire, soutenir des initiatives citoyennes d’énergies renouvelables, orienter sa commande publique vers des entreprises locales et responsables, etc. Les politiques néolibérales posent des carcans difficiles mais pas impossibles à contourner pour re-démocratiser les politiques publiques locales.

Par leur force de résistance, et la capacité structurante de leurs prérogatives de puissance publique, les collectivités locales sont des actrices de poids dans les processus de transition démocratique et écologique, pour peu qu’elles s’ancrent dans une démarche structurelle et systémique en s’alliant entre elles mais aussi avec les acteur-trice-s citoyen-ne-s - associations, mouvements sociaux, syndicats, collectifs d’habitant-e-s ou d’usager-e-s…Renouveler ou inventer des formes de gouvernance locale et des politiques publiques fondées sur les droits fondamentaux et les communs, c’est non seulement possible mais nécessaire !

Pour en savoir plus, c’est ICI