> Alternatives G7 - demandez le programme ! 20-08-19 + d'infos
> [Appel à mobilisation] : Rentrée climatique et sociale 20-09-19 + d'infos
> Les rencontres du réseau F3E : Retour vers le futur de l’évaluation 16-10-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> Gironde : formations pour les bénévoles associatifs + d'infos
> 4D recrute ! + d'infos
> [AITEC] Collectivités locales, reprendre la main, c’est possible ! + d'infos
> [Helloasso] Utiliser les outils libres dans une association + d'infos
> [Actus de membres] Retour en images sur les 25 ans de Coeur Soleil + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

ALTERMONDES : 60 ans du Planning familial : un si long combat pour les droits des femmes dans le monde

Toujours plus d’info sur Altermondes.org

Avortement et contraception : un combat mondial

Légalisation de l’avortement : le chemin de croix des Argentines

Souvent présentée comme une société progressiste, pour avoir autorisé le mariage homosexuel dès 2010, l’Argentine interdit toujours l’avortement, sauf pour cas exceptionnels. Dans un pays qui se dit catholique à 90%, cette pénalisation oblige les femmes à emprunter le labyrinthe de l’avortement clandestin, parfois au péril de leur vie. …

Lire la suite.

Au Sénégal, plaidoyer pour l’avortement médicalisé

Au Sénégal, la Task force pour l’avortement médicalisé mène le plaidoyer pour l’autorisation de l’avortement dans certains cas. Amy Sakho, sa coordinatrice, revient sur cette mobilisation, les avancées obtenues et les perspectives de changement. …

Lire la suite.

Au Burkina Faso, la planification familiale n’est plus un tabou

Coutumes, idées reçues, manque de centres de santé et de personnel formé : autant de freins qui empêchent les femmes burkinabè d’accéder à la contraception ou qui les poussent à pratiquer des avortements dans la clandestinité. Et pourtant, les acteurs de la société civile se mobilisent sur le terrain pour faire bouger les lignes. …

Lire la suite.