Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



> Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU + d'infos
> Prêts solidaires "Projet biocombustible au Sénégal" + d'infos
> Symposium international "Styles alimentaires urbains en Afrique, Amérique latine et Asie" + d'infos
> Nouvelle brochure "Comprendre pour agir" + d'infos
> OXFAM - Rapport de la FAO : lutte contre la faim dans le monde, la fin de la fin de l’embellie + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Drame de Dacca : trop c’est trop !

Drame de Dacca : trop c’est trop !

- Plus de 500 personnes sont mortes dans l’effondrement de l’usine textile Rana Plaza au Bangladesh. Les victimes fabriquaient des vêtements pour des marques occidentales que nous exhortons depuis près de dix ans à agir contre les catastrophes de ce type.
Nous appelons aujourd’hui les entreprises clientes de Rana Plaza à s’engager pour l’aide médicale d’urgence et l’indemnisation des victimes. Elles doivent aussi prendre des mesures immédiates pour éviter de nouveaux drames.

Lien signature Pétition Bangladesh

Signez cette pétition pour que les multinationales indemnisent les victimes et évitent de nouveaux effondrements d’usines

Les faits
- Plus de 500 personnes ont trouvé la mort dans l’effondrement, des milliers ont été blessées et près de 150 seraient encore sous les décombres. De nombreux blessé-e-s sont dans un état grave, nécessitant des soins médicaux d’urgence. Beaucoup devront être soignés sur le long terme, voire resteront handicapés à vie. Les familles touchées par la perte ou la blessure d’un être cher perdent aussi une source de revenus bien souvent indispensable à la survie du foyer.
Les fissures étaient visibles !

- Le drame aurait pu être évité : la veille de l’effondrement, les personnels avaient quitté les ateliers en raison des fissures apparues dans les piliers du bâtiment. Mais ils ont été contraints de regagner leur poste de travail.
La série noire a déjà trop duré.

- Sorties de secours bloquées ou inexistantes, installations électriques défectueuses, bâtiments construits sur des sites non-constructibles ou non adaptés à une activité industrielle : ces dernières années, plus de 1000 personnes ont trouvé la mort dans des accidents liés à l’état déplorable des usines..
La négligence criminelle des multinationales

- Depuis l’effondrement de l’usine Spectrum qui avait fait 65 morts en 2005, nos organisations n’ont cessé d’alerter les entreprises des risques d’effondrement et d’incendies dans les usines au Bangladesh. Après l’incendie de l’usine Tazreen (112 morts en novembre 2012), les marques ont une nouvelle fois manqué à leur obligation de prévenir de nouveaux accidents en refusant les mesures concrètes portées par nos organisations au profit de propositions dérisoires, insuffisantes pour remédier au problème.
Les organisations locales proposent des solutions

- L’an dernier, les organisations syndicales locales et internationales ont proposé aux entreprises de signer un Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh. Cet accord prévoit un ensemble de dispositifs concrets comme l’obligation de rénovation et de mise aux normes des bâtiments, la mise en oeuvre d’inspections indépendantes des usines, la formation des personnels...

- Il donne un rôle central aux travailleurs quant à son application et prévoit que les prix négociés par les marques avec leurs sous-traitants permettent de couvrir les besoins en matière de sécurité. Il est enfin assorti de l’obligation juridique, pour les marques qui le signent, de respecter leurs engagements.
Les entreprises doivent s’engager maintenant !

- Seules les entreprises Tchibo et PVH (Calvin Klein et Tommy Hilfiger) ont accepté de signer l’Accord sur la sécurité des bâtiments et la prévention des incendies au Bangladesh. Malgré nos demandes répétées à de nombreuses marques et enseignes, celles-ci refusent encore de s’engager. Il est temps de leur faire changer d’avis !