> [Appel à mobilisation] : Rentrée climatique et sociale 20-09-19 + d'infos
> Les rencontres du réseau F3E : Retour vers le futur de l’évaluation 16-10-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> [Contre sommet G7] Suivez la mobilisation + d'infos
> [info] LAGOS Ville Monde en danger + d'infos
> [Service civique] 2 offres à la Maison des citoyen.ne.s du Monde + d'infos
> Gironde : formations pour les bénévoles associatifs + d'infos
> 4D recrute ! + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

État d’urgence : un outil de maintien de l’ordre colonial - Par Survie Gironde

25-02-16

jeudi 25 février : État d’urgence : un outil de maintien de l’ordre colonial

Nous nous intéresserons aux racines coloniales de l’État d’urgence, que nos députés viennent de prolonger de 3 mois, et décortiquerons ensemble la doctrine à l’œuvre quand il s’agit de restreindre les libertés sous couvert de "lutte contre le terrorisme", que ça soit en France ou dans les anciennes colonies d’Afrique.

RDV 19h30 à l’Athénée Libertaire, 7 rue du Muguet à Bordeaux (proche du cours V. Hugo)
Entrée libre.

Cette soirée s’inscrit dans le cadre de la Semaine Anticoloniale.

Sur le même sujet, Survie a réalisé un dossier intitulé les dangereuses impostures de la "guerre contre le terrorisme" rassemblant des textes et articles publiés récemment visant à apporter divers éclairages sur les origines coloniales de l’état d’urgence, sur la « guerre contre le terrorisme » menée en Afrique et sur ses enjeux en Afrique et en France. Vous le trouverez sur le site de Survie mais également en le téléchargeant via ce lien

Enfin, nous vous invitons également à lire l’édito d’Odile Tobner dans le mensuel de l’association Billets d’Afrique et d’Ailleurs.