> [Formation-Pessac] Les outils numériques au service de mon asso ! 21-11-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> [N’exportons pas nos problèmes] + d'infos
> [à lire] La parole à l’enfant + d'infos
> [Roman] Petit Go, sur la route des migrations + d'infos
> [offre emploi] RAF au CRID + d'infos
> [Offre stage] Fondation Danielle Mitterrand + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU

Nouveau rapport :

« Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU »

Alors que les grandes entreprises françaises sont en train d’élaborer leurs premiers plans de vigilance suite à la promulgation de la loi relative au devoir de vigilance des multinationales, Les Amis de la Terre France et ActionAid France-Peuples Solidaires publient aujourd’hui un nouveau rapport intitulé « Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU ».

Le rapport « Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU » décrypte cette loi encore assez méconnue, au travers de trois cas concrets de violations des droits humains et de dommages à l’environnement commis par des entreprises françaises. Il appelle également le gouvernement français à promouvoir cette législation au niveau international, en soutenant le projet de traité à l’ONU, lors de la prochaine session de négociations qui se tiendra du 23 au 27 octobre à Genève.

Le 27 mars 2017 a été promulguée la loi française sur le devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre.

Retrouver l’intégralité de l’article