Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



> Cherche volontaire, mission : "Aide à la coopération avec l’Amérique Latine" + d'infos
> Appel à candidatures mission de suivi au Togo - Pompiers Solidaires + d'infos
> Fin de cavale pour les multinationales ? D’une loi pionnière en France à un traité à l’ONU + d'infos
> Prêts solidaires "Projet biocombustible au Sénégal" + d'infos
> Symposium international "Styles alimentaires urbains en Afrique, Amérique latine et Asie" + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Histoire de territoires et de frontières, du Jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe – XXe siècles - Séminaire du LAM

07-04-16

SÉMINAIRE GÉNÉRAL

Jeudi 7 avril : amphithéâtre de la Maison des Suds : 14h30-16h30

Camille Lefebvre est chargée de recherche à l’IMAF, membre du comité de rédaction des Annales HSS et rédactrice en chef adjointe de la revue Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire. Elle présentera son ouvrage :

Frontières de sable, frontières de papier. Histoire de territoires et de frontières, du Jihad de Sokoto à la colonisation française du Niger, XIXe – XXe siècles

Publiée en 2015 aux Publications de la Sorbonne, cette thèse déconstruit le lieu commun d’un partage arbitraire de l’Afrique selon la seule vision coloniale d’une série d’espaces cartographiés, faisant chacun l’objet d’une appropriation unique, décrite sur le papier selon la seule volonté des puissances impériales. Les « faits de limite » définissant les frontières actuelles du Niger possèdent une profondeur temporelle issue des reconfigurations spatiales liées au jihad d’Ousman dan Fodio, au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle, et aux négociations impériales européennes au tournant du XIXe et du XXe siècle. Il s’agit, pour l’essentiel, d’une coproduction.

L’espace colonial possède une certaine plasticité, apparaissant dans les sources écrites rendant compte de la quotidienneté administrative à l’échelle locale. Livrés à eux-mêmes loin de Dakar et de Paris, les commandants de cercle entretiennent un dialogue inégal mais constant avec les communautés locales. Le travail d’essentialisation d’un espace normé apparaît beaucoup moins clairement qu’avec la construction étatique post-coloniale du Niger indépendant.

Discutant : Vincent Bonnecase (CNRS/LAM)

Affiche du Séminaire général LAM - 07/04/2016

Texte de l’introduction Camille Lefebvre

Consulter le site http://lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/seminaire-general-18