Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash



> Pensez à signer la pétition du collectif Action Bord’eaux pour un accès à l’eau pour tous. + d'infos
> Une reconnaissance internationale ! + d'infos
> Offre d’emploi Chargé(e) de mission dignité au travail et RSE + d'infos
> Traité sur les multinationales et droits humains + d'infos
> APPEL A TÉMOIGNAGES pour le Tribunal Permanent des Peuples + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

La nouvelle étape de la lutte contre les coupures d’eau illégales - APPEL A SOUTIENS

Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés, et Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination Eau Île-de-France, sont poursuivis en justice par Veolia pour diffamation. Nous faisons appel à votre solidarité.

La nouvelle étape de la lutte contre les coupures d’eau illégales

Depuis trois ans, les coupures d’eau pour impayés sont illégales dans les résidences principales, tout au long de l’année. Les multinationales Veolia et la Saur ont tout fait pour ignorer et contester cette loi. La Fondation France Libertés et la Coordination Eau Île-de-France ont mené des actions en justice aux côtés des usagers victimes de coupures d’eau pour défendre leurs droits.

Nous avons obtenu la victoire devant de multiples tribunaux, cours d’appel et même devant le Conseil constitutionnel : tous ont confirmé l’interdiction des coupures d’eau et des réductions de débit. Nous avons fait échouer des tentatives de modifications de la loi de la part des lobbyistes. Malgré tout cela, Veolia et la Saur continuent ces pratiques inhumaines. Et, bien entendu, France Libertés et la Coordination Eau Île-de-France poursuivent leur action pour leur arrêt définitif.

Les deux organisations ont aussi encouragé les collectivités locales à refuser des avenants proposés par Veolia, qui comportent des dispositions illégales (comme les réductions de débit) et de nouvelles ponctions financières pour les collectivités et pour les usagers. C’est cette action que Veolia tente d’attaquer en diffamation.

Une poursuite-bâillon

N’ayant pu obtenir gain de cause en justice et mise en difficulté devant l’opinion publique, Veolia tente une nouvelle manœuvre : faire taire les défenseurs du droit à l’eau et de la loi. C’est tout le sens des poursuites en diffamation engagées contre les dirigeants de nos deux organisations. Au-delà de la question des coupures d’eau, cette attaque du leader mondial de l’eau concerne tous les défenseurs des droits humains, sociaux et environnementaux.

Ne laissons pas une multinationale faire la loi ! Tous ensembles, nous pouvons renvoyer Veolia dans les cordes et lui imposer du même coup l’arrêt des coupures d’eau illégales. Pour cela, nous faisons appel à votre aide.

Comment nous aider ?

Plusieurs possibilités d’engagement à nos côtés se présentent :

Nous vous proposons de rejoindre un comité de soutien. D’ici le mois de mars, nous vous proposerons de relayer la campagne de financement participatif que nous allons lancer pour couvrir les frais d’avocat liés au procès en diffamation. Nous vous proposerons de participer à nos côtés ou de relayer notre conférence de presse le lundi 20 mars à l’occasion de la journée mondiale de l’eau.

N’hésitez pas à nous faire part de vos idées, conseils et expériences, nous restons à votre disposition pour toute information. Si vous souhaitez plus d’informations, faites nous signe.

Ci-joint la citation de Veolia et le communiqué attaqué

2016-10-14_CP-Entre_illegalite_et_­arnaques_2_.pdf
Citation_Veolia_JCO_­2017.pdf