Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

> Les Escales de l’Education 2017 22-06-17 + d'infos
> Les alternatives pour des transitions solidaires, du local à l’international 23-06-17 + d'infos
> Les alternatives pour des transitions solidaires, du local à l’international 23-06-17 + d'infos
> Débat "passe à la marmite" - La mobilisation numérique de masse et ses implications dans le développement de l’ESS 23-06-17 + d'infos
> Save the Date - mobilisation solidarité migrants le 27 juin à Paris 27-06-17 + d'infos
> voir toutes les dates


> Découvrez le nouveau parcours numérique Une Seule Planète conçu par Ritimo ! + d'infos
> Agriculture en Afrique : les investissement privés aggravent l’insécurité alimentaire + d'infos
> APPEL à SIGNATURE - Soutien au projet de traité ONU sur les multinationales et les droits + d'infos
> MEAE - Dispositifs chantiers de jeunes - Renouvellement comités de sélection + d'infos
> Ensemble, Électrifions le Zoundwéogo ! #Crowdfunding + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Les communs, socle à venir du développement ?

Le bien commun, auquel le Prix Nobel d’économie Jean Tirole a consacré un ouvrage (L’économie du bien commun, Presses universitaires de France, Paris, 2016), devient incontournable face aux enjeux du dérèglement climatique. Cette notion se trouve aujourd’hui au cœur de la réflexion sur l’aide au développement, comme l’explique Gaël Giraud, économiste en chef de l’Agence française de développement (AFD), avant la conférence des 1er et 2 décembre organisée sur ce thème à Paris.

D’où vient le concept des communs ?

Du droit romain, qui évoque la res communis, la chose qui appartient à tout le monde, par opposition à la res nullius qui n’appartient à personne. Le concept de commun apparaît ainsi dans la définition de différents statuts de propriété pour désigner des lieux partagés au sein d’une communauté : un chemin, une place publique, une plage, une forêt, un pâturage, etc. Même si dans la pratique, les communs sont plus anciens que leur définition par le droit romain, le concept a surtout connu un énorme succès au Moyen-Age avec les « communaux » et la réécriture du droit romain par les théologiens européens postérieurs à la réforme grégorienne. Depuis que l’homme fait de l’agriculture, soit 13 000 ans environ, les communautés rurales gèrent certains lieux de manière collective, en fonction de règles qui permettent de les identifier comme des communs. Au fond, les communs sont probablement le rapport le plus ancestral à la propriété que connaisse l’humanité.

Comment définiriez-vous les communs aujourd’hui ?

Il s’agit d’une ressource naturelle ou culturelle que partage un groupe, avec des règles précises de distribution, de préservation et de promotion. (... Suite)