Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

> L’Algérie en miroir 14-12-17 + d'infos
> Faire connaitre mes projets solidarite internationale Limoges Formation 15-12-17 + d'infos
> Faire connaitre les projets de solidarité internationale La Rochelle Formation 16-12-17 + d'infos
> voir toutes les dates


> Pensez à signer la pétition du collectif Action Bord’eaux pour un accès à l’eau pour tous. + d'infos
> Une reconnaissance internationale ! + d'infos
> Offre d’emploi Chargé(e) de mission dignité au travail et RSE + d'infos
> Traité sur les multinationales et droits humains + d'infos
> APPEL A TÉMOIGNAGES pour le Tribunal Permanent des Peuples + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Négociations de Durban : Une addition de désengagements, une note salée pour les pays du Sud

Négociations de Durban : Une addition de désengagements, une note salée pour les pays du Sud

- A Durban (Afrique du Sud), le déroulement des négociations internationales sur le climat démontre une fois de plus le manque d’ambition politique des Etats. Alors que les ministres et chefs d’Etats viennent d’arriver, les perspectives ne sont pas réjouissantes. Pendant que les pays industrialisés négocient leurs engagements à la baisse, les preuves du réchauffement s’accumulent.

- Des milliers de personnes se mobilisent à Durban pour dénoncer le manque de volonté politique des dirigeants face à la réalité des changements climatiques à laquelle le monde en développement, et en particulier l’Afrique, sont confrontés quotidiennement.

- Dans l’enceinte de la Conférence, les négociateurs semblent sourds aux revendications citoyennes. Les engagements de réductions des émissions de GES des pays industrialisés annoncés au lendemain de Cancun sont loin de répondre aux recommandations scientifiques. Les scénarios sont pessimistes : il sera de plus en plus en plus difficile de limiter le réchauffement à 2°C, et l’on se dirige vers une augmentation de 4°C. A contrario, les mécanismes de flexibilité, permettant aux pays industrialisés de réduire leur engagement domestique, restent la priorité de ces négociations.

- Quant aux financements climat, nous sommes face à une véritable mascarade : les pays négocient les modalités opérationnelles du Fonds Vert pour le climat créé à Cancún en laissant de côté la question cruciale des sources d’approvisionnement. Et les entreprises multinationales pourraient se voir accorder un accès direct à ces financements.

- Le réseau "Une seule planète", présent à Durban et qui rassemble plusieurs organisations de la société civile européenne, souhaite rappeler son message clair à nos décideurs politiques : cette grande comédie ne nous amuse pas ! Le climat n’attend pas, c’est maintenant qu’il faut assumer ses responsabilités en adoptant un accord ambitieux, contraignant, juste et équitable pour toutes les parties.

Communiqué de presse, mercredi 7 décembre 2011.

Contact : Jeanne Planche (CRID) : jplanche@crid.asso.fr // + 33 1 44 72 89 66 - 6 83 01 44 88