> [Formation-Pessac] Les outils numériques au service de mon asso ! 21-11-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> [N’exportons pas nos problèmes] + d'infos
> [à lire] La parole à l’enfant + d'infos
> [Roman] Petit Go, sur la route des migrations + d'infos
> [offre emploi] RAF au CRID + d'infos
> [Offre stage] Fondation Danielle Mitterrand + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

[Recours en justice] Migrants en Libye : huit ONG traînent la France au tribunal

Migrants en Libye : huit ONG traînent la France au tribunal

Dans le centre de détention d’Abou Slim à Tripoli, en 2017. Photo Guillaume Binet. Myop

Plusieurs organisations de défense des droits humains s’associent pour déposer ce jeudi des recours en justice contre la livraison de six bateaux par le ministère des Armées aux gardes-côtes libyens.

La France complice des exactions commises en Libye contre les exilés ? Amnesty International, Médecin sans frontières et six autres ONG estiment en avoir la preuve, fournie par le ministère des Armées français lui-même. Le 21 février dernier, la porte-parole du ministère annonçait la livraison prochaine de six embarcations à la Libye. La décision avait été actée quelques jours plus tôt, lors d’une rencontre entre Florence Parly et Faïez el-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale, en marge de la conférence de Munich sur la sécurité. Ces embarcations doivent aider Tripoli à lutter contre l’immigration illégale, avait alors indiqué l’exécutif français.

Huit ONG déposent ce jeudi devant le tribunal administratif de Paris des recours pour s’opposer à ces livraisons destinées aux gardes-côtes libyens. « Aller en justice est un acte important car il permet à la fois de demander au gouvernement de justifier cette livraison de bateaux et d’en demander la suspension », argumente Lola Schulmann, chargée de plaidoyer sur la question des réfugiés à Amnesty.

Lire l’article dans son intégralité

Eva Ottavy
Solidarités Internationales (SI), Pôle SI-Europe, La Cimade
Tel : + 33 1 44 18 60 74 - Mobile : + 33 6 81 71 59 89
Skype : eva.ottavy
LaCimade_siege_ROUGE