> [Séminaire] Enjeux transverses aux objectifs du développement durable : Quel rôle pour la science en société ? 29-03-19 + d'infos
> [Grande marche contre l’Esclavage] Réunion préparation 08-04-19 + d'infos
> voir toutes les dates


> [Outils-ECSI] consommation responsable, solidarité internationale + d'infos
> [Semaine des Afriques] Le programme + d'infos
> [Note] Pour une réforme de nos solidarités alimentaires + d'infos
> [Tribune] Marche pour le climat + d'infos
> [site ressources] Transiscope, le portail des alternatives de la transition + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : contact@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

Séminaire général LAM - La réforme du droit de la famille. Une comparaison Sénégal-Maroc

03-11-16

Jeudi 3 novembre : amphithéâtre de la Maison des Suds : 14h30-16h30

Marième N’Diaye est chargée de recherche CNRS à l’Institut des Sciences sociales du Politique à l’École Normale Supérieure de Cachan. Elle présentera son ouvrage :

La réforme du droit de la famille. Une comparaison Sénégal-Maroc.

Publiée en 2016 par les Presses de l’Université de Montréal, cette thèse de science politique soutenue à l’IEP de Bordeaux croise la sociologie du droit et la sociologie de l’action publique pour une étude comparative de l’État en action dans deux pays de population majoritairement musulmane. Elle montre les ressources de légitimité de l’État dans la construction politique des familles, qu’il s’agisse d’une République laïque, le Sénégal, où de la monarchie marocaine dans laquelle l’islam est religion d’État. Cette diversité des cadres juridiques de l’action publique est redoublée par celle des islams et de la charia. Dans les deux pays, l’égalité officielle entre les sexes se fraie un chemin par le haut, l’injonction légitime officielle se heurtant à la « clôture » de la tradition. Le constat d’un pluralisme normatif au quotidien ne doit pas, pour autant, amener à conclure à l’ineffectivité de l’action publique. Elle s’établit comme une option dans le champ des possibles, dans des sociétés où les associations de défense des droits des femmes s’appuient sur le droit contre la coutume, tout en revendiquant un élargissement des avancées législatives.

Discutante : Chrystelle Grenier-Torres (LAM)

Lecture du livre en accès libre

Lien du site

Entrée libre, participation obligatoire pour les masters MIDAF