> [Conférence- Belin Beliet] Les Objectifs de Développement Durable 18-01-18 + d'infos
> [Rencontre-Poitiers] Appel à projet ECSI & SI Conseil Régional 19-01-18 + d'infos
> [Théâtre - Lanton] Ecoliers du Sénégal 21-01-18 + d'infos
> Semaine des Afriques 29 janvier au 4 février 29-01-18 + d'infos
> [Evènement] Migration et développement 29-01-18 + d'infos
> voir toutes les dates


> Offre espace-test agricole - Eco-lieu Jeannot + d'infos
> "8 heures pour la Palestine" + d'infos
> Echanges et découverte au Maroc ! + d'infos
> ADH : Les droits des femmes et des enfants au Burkina Faso + d'infos
> Assos étudiantes : en 2018 partez du bon PIEED ! + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale
RADSI Nouvelle Aquitaine
Domaine universitaire/ B18
Allée Geoffroy de St hilaire
CS 50023
33615 Pessac Cedex

Pour venir nous voir
Domaine universitaire
Bat B18
Avenue des facultés
33615 Pessac
Arrêt Tram B François Bordes

Plan

Contacts
Tél : 05 40 00 34 71
Information générale : radsi@radsi.org
Formation : formation@radsi.org
Campagnes citoyennes : campagnescitoyennes@radsi.org
Communication : communication@radsi.org

Urgence pour les Femmes d’Amérique Latine : Droit à la contraception et à l’IVG

Pétition de France Amérique Latine
Face au Virus ZIKA,
Droit à la contraception et à l’IVG
Urgence pour les Femmes d’Amérique Latine

Nous soussigné-e-s, solidaire avec les femmes d’Amérique latine, soutenons la demande de l’ONU adressée aux gouvernements d’Amérique du Sud d’autoriser l’accès des femmes à la contraception et à l’avortement au moment où ces pays sont touchés par le virus Zika qui risque de provoquer pour le foetus de terribles malformations et la microcéphalie.

Les Etats d’Amérique latine, dont beaucoup n’autorisent ni l’avortement ni la pilule, ont conseillé aux femmes d’éviter de tomber enceintes.

Ce conseil ignore le fait que beaucoup d’entre elles n’ont pas le pouvoir de décider quand elles seront enceintes alors que la violence sexuelle est courante.

Le droit à l’avortement est très restreint dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, souvent sous l’influence de l’Eglise catholique :

- Au Brésil, où l’épidémie est dévastatrice, alors que 3400 cas de microencéphalie ont été repérés, l’IVG est toujours interdite sauf en cas de viol, de mise en danger de la vie de la mère, et en cas d’ absence de cerveau ;
- En Colombie, 2ème pays gravement touché, l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, de danger pour la santé de la mère ou de malformation du foetus ;
- Au Salvador, l’avortement est totalement interdit et même puni par des peines
allant jusqu’à quarante ans de prison.

Soyons nombreux-ses à exiger que cette demande de l’ONU soit entendue par les Gouvernements latino-américains.
Signez la pétition ici.