Le contenu de cette page nécessite une version plus récente dâ€â„¢Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

> Formation Civique et Citoyenne : parlons de ton engagement ! 21-11-17 + d'infos
> Nouvelle de l’université Populaire de Bordeaux (sep/oct/nov) 30-11-17 + d'infos
> Fier.e.s d’être SOLIDAIRE ! Festival des Solidarités 03-12-17 + d'infos
> voir toutes les dates


> Traité sur les multinationales et droits humains + d'infos
> APPEL A TÉMOIGNAGES pour le Tribunal Permanent des Peuples + d'infos
> Pas un euro de plus pour les énergies du passé !!! + d'infos
> Appel à bénévoles de la MCM (64) + d'infos
> Témoignages : Retour sur une mission agricole à Madagascar + d'infos
> voir toutes les informations

Adresse postale :
RADSI
Batiment A11
351 cours de la libération
33405 Talence cedex

Pour nous trouver :
Suivre Aplha nov / UFR Chimie

Plan

Tél : 05 40 00 34 71

E mail : radsi@radsi.org

Urgence pour les Femmes d’Amérique Latine : Droit à la contraception et à l’IVG

Pétition de France Amérique Latine
Face au Virus ZIKA,
Droit à la contraception et à l’IVG
Urgence pour les Femmes d’Amérique Latine

Nous soussigné-e-s, solidaire avec les femmes d’Amérique latine, soutenons la demande de l’ONU adressée aux gouvernements d’Amérique du Sud d’autoriser l’accès des femmes à la contraception et à l’avortement au moment où ces pays sont touchés par le virus Zika qui risque de provoquer pour le foetus de terribles malformations et la microcéphalie.

Les Etats d’Amérique latine, dont beaucoup n’autorisent ni l’avortement ni la pilule, ont conseillé aux femmes d’éviter de tomber enceintes.

Ce conseil ignore le fait que beaucoup d’entre elles n’ont pas le pouvoir de décider quand elles seront enceintes alors que la violence sexuelle est courante.

Le droit à l’avortement est très restreint dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, souvent sous l’influence de l’Eglise catholique :

- Au Brésil, où l’épidémie est dévastatrice, alors que 3400 cas de microencéphalie ont été repérés, l’IVG est toujours interdite sauf en cas de viol, de mise en danger de la vie de la mère, et en cas d’ absence de cerveau ;
- En Colombie, 2ème pays gravement touché, l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, de danger pour la santé de la mère ou de malformation du foetus ;
- Au Salvador, l’avortement est totalement interdit et même puni par des peines
allant jusqu’à quarante ans de prison.

Soyons nombreux-ses à exiger que cette demande de l’ONU soit entendue par les Gouvernements latino-américains.
Signez la pétition ici.